Intelligence artificielle : les tendances et les nouveautés de 2023

Publié le : 22 mars 202322 mins de lecture

Le marché de l’intelligence artificielle est en constante expansion, son accélération pousse toujours plus loin le développement des entreprises, améliore leurs performances et accélère le processus de digitalisation. Mais à quoi faut-il s’attendre dans ce domaine en 2023 ? Ammagamma , une entreprise qui propose des solutions d’IA, a tenté de sélectionner les tendances qui pourraient avoir l’impact le plus profond sur le secteur l’année prochaine, sur la base de recherches, de projets et de discussions avec ses parties prenantes, des PME et grandes entreprises aux institutions et centres de recherche . Les tendances identifiées se réfèrent à la fois à l’adoption progressive de l’IA dans l’entreprise et à son développement technologique, et esquissent quelques orientations possibles pour améliorer la compétitivité des entreprises et du système national.

Les nouvelles tendances dans l’adoption de l’Intelligence Artificielle

Optimisation de la production et de la supply chain

Les images des conteneurs bloqués dans le canal de Suez sont la représentation la plus immédiate de l’un des points d’attention majeurs des entreprises françaises pour 2023. D’une part, l’augmentation des contraintes de production et la complexité de la gestion de la chaîne d’approvisionnement mettront la pression sur le systèmes productifs. En revanche, l’augmentation des pressions inflationnistes sur le consommateur final pourrait pousser les entreprises à absorber au moins partiellement cette poussée par des politiques de réduction des coûts de production. Tous ces phénomènes pourraient pousser les entreprises, principalement les moyennes et petites, à adopter des systèmes d’intelligence artificielle pour optimiser la production, avec deux avantages principaux :

Efficacité énergétique

Le défi énergétique mettra à rude épreuve le monde productif. Les prévisions pour 2023 tablent sur un prix de l’ordre de 300 €/MWh pour l’électricité et de 100 % pour le gaz (de 75 €/MWh à 138 €/MWh). L’intelligence artificielle, dans un scénario aussi difficile, pourra jouer un rôle décisif pour les entreprises. De l’optimisation de la production à l’application de contrôleurs prédictifs, en passant par la maintenance prédictive des usines : il existe d’innombrables opportunités d’économies qui aideront les entreprises à faire face efficacement au nouveau contexte et à atteindre l’efficacité énergétique. Dans les grandes entreprises, comme dans les PME, on parle d’économies de 10 à 20% dans les bâtiments, grâce à l’optimisation des soi-disant BEMS, Building energy management systems,

Prévision

La capacité à prendre des décisions stratégiques plus solides et fiables, dans un contexte de forte volatilité et d’incertitude, sera une priorité pour les entreprises à tous les niveaux : de la planification des activités à la budgétisation, à la définition des objectifs, jusqu’à la gestion des entrepôts, de la chaîne d’approvisionnement , d’investissements. Les outils d’intelligence artificielle pour soutenir la prévision ont connu une accélération continue de la demande en 2022. Il n’est pas concevable que cette tendance s’inverse, loin s’en faut. Il a été démontré que les outils de prévision les plus avancés disponibles aujourd’hui améliorent les capacités de prévision d’une entreprise jusqu’à 60 % par rapport aux outils de prévision traditionnellement utilisés.

Dans le même thème : L'Intelligence Artificielle c'est quoi? Le bon comme le mauvais de l'IA...

Les nouvelles tendances technologiques de l’IA

IA composable

Il fonctionne comme des blocs de construction : la solution d’intelligence artificielle est composée à partir de blocs technologiques (« morceaux » de logiciels) déjà produits, disponibles, testés. Un nombre croissant d’entreprises adoptent cette tendance, qui permet des solutions plus stables, qui nécessitent moins de maintenance et qui s’adaptent avec des coûts et des risques très faibles à l’infrastructure informatique déjà existante de l’entreprise. Plus important encore, cette approche permet d’intervenir rapidement sur des problématiques critiques concrètes et immédiates, avec une réduction de 40% des délais de livraison des solutions : un processus beaucoup plus rapide qu’une approche sur-mesure « from scratch », mais beaucoup plus performant par rapport à l’intégration de pré -développé des logiciels avec une approche monolithique.

IA de confiance

Quand on parle de fiabilité, on parle aussi d’investissement (et de valeur) à long terme. Les entreprises qui seront prêtes à investir dans la fiabilité de leurs systèmes d’IA, ou à adopter des modèles fiables et pérennes, auront la possibilité de générer une valeur réelle et continue grâce à ces systèmes, ainsi que de prendre des décisions plus efficaces et plus sûres dans le temps. La fiabilité est désormais une exigence essentielle dans le développement des modèles d’IA : elle couvre tous les aspects relatifs à la bonne gestion des données, vers une transparence totale, l’absence de discrimination, l’impartialité et la responsabilité de tous les acteurs impliqués, l’interprétabilité des résultats du modèle, une bonne évaluation des risques pour les utilisateurs, ainsi que de la robustesse technique et process,

IA centrée sur les données

On pense toujours que pour pouvoir adopter des solutions d’intelligence artificielle dans l’entreprise, il faut d’énormes quantités de données, les soi-disant big data, et que la valeur de cette énorme quantité réside dans la construction d’un modèle suffisamment complexe comprendre la logique qui sous-tend les données. Cela peut être vrai dans divers domaines, mais si l’on pense au monde manufacturier, aux PME, de tels quais ne sont pas disponibles pour de nombreux processus. Il est encore possible de tirer une grande valeur de l’intelligence artificielle, mais l’accent doit être beaucoup plus mis sur les données que sur les algorithmes. De meilleures données signifient de meilleurs modèles qui, à leur tour, signifient de meilleurs processus. Les entreprises qui adopteront des modèles d’IA centrés sur les données, valorisant leurs données, pourront en effet profiter de nouveaux avantages importants par rapport au passé.

2023 est l’année de l’Intelligence Artificielle : sommes-nous prêts ?

Nul doute qu’en 2023 l’Intelligence Artificielle (IA) entrera davantage dans nos vies et dans les cycles de production des entreprises, qui utilisent déjà largement cette technologie innovante pour optimiser les processus et réduire les coûts. Mais les entrepreneurs aimeraient aussi mieux comprendre le fonctionnement de l’IA, connaître ses applications infinies, les coûts qui restent encore élevés et les limites des produits standardisés par rapport au « sur-mesure ». Il en va de même pour l’utilisateur, en moyenne encore peu « lettré » dans notre pays, alors qu’en Chine les enfants jouent avec depuis la maternelle. Plus de transparence et des explications claires sont nécessaires pour instaurer la confiance, une utilisation plus éclairée et établir des liens. C’est pourquoi nos institutions veulent aussi avoir un plus grand contrôle sur la nouvelle technologie. L’IA conquiert des marchés dans le monde entier, mais seule l’Union européenne a été la première à ressentir le besoin de créer un code d’éthique.

En 2023, l’examen de l’atténuation des risques contenus également dans cette innovation, ainsi que dans toutes les autres de l’histoire scientifique, se poursuivra et bientôt il sera possible d’avoir les premières réglementations. Quelques exemples de risques ? La reconnaissance faciale utilisée pour le contrôle de la population ou même simplement pour verbaliser un conducteur qui court à un feu rouge, comme c’est déjà le cas en Chine, se heurte clairement au droit à la vie privée en France. Même une IA chargée du contrôle de la qualité, par exemple des aliments, si elle est calibrée avec malveillance, pourrait mettre sur le marché des produits qui ne sont pas parfaitement conformes aux normes autorisées et facilement reconnaissables à l’œil nu.

Nous utilisons l’IA sans nous en rendre compte

Il n’en demeure pas moins que le processus d’innovation est en marche et qu’on a souvent déjà affaire à de l’intelligence artificielle sans forcément en avoir pleinement conscience. Un bon exemple est le flux des plateformes de médias sociaux, comme Instagram ou Facebook, surchargées d’images créées par l’Intelligence Artificielle. Aujourd’hui, il est possible de télécharger de nombreuses photos de soi avec lesquelles l’IA peut créer des avatars de son visage. Cette fonctionnalité a également attiré des personnes qui n’avaient jamais entendu parler de l’Intelligence Artificielle, démontrant comment l’IA se généralise et est utilisée de plus en plus massivement par le public.

Le fait est donc que le progrès ne peut et ne doit pas être arrêté et que l’Intelligence Artificielle, l’une des découvertes les plus incroyables de l’homme, est déjà à notre disposition. Mais sommes-nous prêts pour cette révolution culturelle ? Sommes-nous conscients de toutes ses particularités, positives et négatives ? Sommes-nous prêts à renoncer à l’empathie des relations humaines lors du dépôt d’une demande ou d’une réclamation hypothécaire? Sait-on combien de logiciels, en échange de services de plus en plus pointus, acquièrent nos données à travers lesquelles nous sommes programmés et profilés pour les finalités les plus variées ?

Le métaverse comblera les lacunes physiques

L’Intelligence Artificielle nous emmène alors dans le métaverse, pas encore dans la phase mainstream, mais dans un voyage vers nous. Pendant les restrictions liées au COVID-19, les gens ont constaté qu’il n’était pas nécessaire d’être physiquement présents à une réunion pour être productifs, bien que la plupart des entreprises et des universités aient également remarqué les effets secondaires négatifs du travail à distance en raison de l’absence d’interaction entre les personnes. Nous sommes des créatures sociales et avons besoin d’interagir les uns avec les autres pour créer des liens. Le lien s’est avéré très important, non seulement dans notre vie privée, mais aussi au travail, à tel point que selon de nombreuses études, travailler est plus agréable et plus productif si l’on s’entend bien avec ses collègues. Cependant, en raison de la mondialisation, les entreprises ont souvent des employés éloignés et il est coûteux d’organiser des voyages d’affaires. Voici alors le métaverse comme solution, afin que les parties puissent ressentir la proximité d’autres êtres humains même lorsqu’ils sont physiquement éloignés. Dans le métaverse de 2023, il y aura des humains numériques entièrement construits par la technologie de l’IA, capables d’interagir comme des humains normaux (comprendre et utiliser les expressions faciales, comprendre différentes langues, etc.). Toujours en ce qui concerne la formation, les employés n’auront plus besoin de se déplacer, mais pourront la suivre dans le confort de leur foyer.

Parce que 2023 est déjà l’année de l’Intelligence Artificielle

2023 sera l’année où nous « verrons » en action , de manière plus claire, tous les systèmes d’intelligence artificielle qui nous entourent. Ces derniers mois ont été une sorte d’ échauffement , un échauffement amusant et parfois exaltant. On l’a vu par exemple avec les plateformes qui nous permettent – ​​pour l’instant de façon un peu insensée – de créer des images et des illustrations à partir de courtes descriptions textuelles ( text to image). En fait, nous sommes aux prises depuis un certain temps avec des noms et des plates-formes telles que Dream, StarryAI, Craiyon et d’autres plus sophistiquées, auxquelles l’accès est généralement limité, comme Dall-E 2 – développé par l’organisation américaine OpenAI, qui compte parmi les fondateurs également Elon Musk et Sam Altman, ancien responsable du puissant Y Combinator – Imagen and Parts conçu par Google et Midjourney, au sommet duquel se trouve l’ancien Leap Motion Dalvid Holz. La fièvre Lensa AI qui a explosé en décembre dernier n’était que l’épilogue de ce phénomène. En effet, son « app-lication », l’incorporation de ces systèmes dans des applications faciles à utiliser.

IA pour discuter avec : ChatGPT

Mais nous continuons à l’expérimenter en nous amusant à discuter avec ChatGPT , le système convivial également mis en place par OpenAI pour nous permettre de toucher au potentiel de GPT-3, Generative Pre-trained Transformer 3 , le modèle linguistique autorégressif qui utilise le ‘ apprentissage en profondeur pour produire un texte similaire au langage naturel humain développé par la société américaine. De temps en temps, ce système de synthèse vocale prend des détonations folles, comme lorsqu’il invente les paroles de la chanson « Le pêcheur » de Fabrizio De André– parfois quand il ne sait pas, au lieu de s’arrêter et de l’admettre, même l’intelligence artificielle triche – mais globalement, l’expérience a aussi permis aux nouveaux venus dans le secteur de se faire une idée de ce qui nous attend.

Une IA qui parle comme des humains : Vall-E

La dernière actualité est toute récente et concerne Vall-E : grâce à une série d’outils fournis par Meta, dont une bibliothèque de voix humaines, le groupe de Redmond est parvenu à développer un système capable de reproduire la voix d’un être humain – timbre, ton, même le fond ou le type de conversation, par exemple si au téléphone – à partir d’un simple échantillon de 3 secondes. Il suffit ensuite d’entrer le texte souhaité et l’intelligence artificielle le laissera le prononcer. Si l’on imagine ce qu’il est possible de faire en croisant les différentes applications, par exemple, telles que Chat-GPT et Vall-E – ce n’est pas un hasard si Microsoft lui-même a exprimé sa volonté d’insérer le premier outil dans World, Outlook et PowerPoint– il est clair que dans le futur nous attendent des versions virtuelles et simulées de nous-mêmes que nous pourrons faire vivre de façon autonome. Mais aussi un risque très élevé de fraude, d’usurpation d’identité et d’usurpation d’identité.

Vall-E , par exemple, contrairement aux méthodes traditionnelles de synthèse vocale qui reposent sur des voix synthétiques manipulant les caractéristiques de la forme d’onde, produit un codec audio directement à partir du texte et des échantillons. En fait, il n’imite pas mais génère une réplique de la voix fournie comme échantillon de départ . Le tout en quelques secondes. Le résultat est objectivement impressionnant : il suffit d’écouter les vrais extraits et rediffusions de Vall-E sur cette page conçu par Microsoft pour entendre de vos propres oreilles. Le système est également capable de reproduire les conditions émotionnelles de la voix d’origine, de la colère à l’ennui en passant par le dégoût ou l’enthousiasme : des approches qui sont « transplantées » sur des phrases jamais prononcées et fournies par l’utilisateur en entrée. Pour l’instant, Microsoft ne diffusera pas le code et d’autres informations utiles sur Vall-E et empêchera donc l’expérimentation publique, consciente des risques – exterminés – d’une telle technologie. Mais en attendant, il prévoit de mettre 10 milliards de dollars directement sur OpenAI.

Ceux qui nous ont accompagnés ces deux dernières années sont donc des exemples de l’avant-garde dont nous disposions pour la première fois : ce n’étaient plus les experts qui nous parlaient du potentiel des différents systèmes d’apprentissage automatique et de neurones artificiels . réseaux basés sur l’apprentissage par renforcement , mais nous avons mis la main dessus. Comme des enfants aux doigts trempés dans la confiture. Ou encore plus simplement et comme nous l’avons dit au début, nous avons commencé à les « voir », c’est-à-dire à en prendre conscience. Pourtant, ces systèmes sont depuis longtemps utilisés à mille fins différentes : de l’analyse d’images de bases de données de sécurité à la modération sur les réseaux sociaux en passant par des algorithmes de navigation sur des véhicules en tous genres (et à pied), dans le e-commerce, dans la logistique ou dans soins de santé.

Il suffit de penser, dans ce dernier cas, aux logiciels capables d’aider les spécialistes à analyser les rapports médicaux comme la suite ChestLink de la société Oxipit, le premier outil capable d’analyser les radiographies de manière autonome : il a obtenu l’an dernier le classement CE de dispositif médical de classe IIb et peut donc être utilisé comme outil de diagnostic dans toute l’UE. Et encore, de la conduite autonome aux investissements financiers : l’intelligence artificielle, sous ses différentes formes (des simples algorithmes aux plateformes basées sur des réseaux de neurones convolutifs qui tentent d’imiter le fonctionnement du cortex visuel animal et s’inspirent donc de processus biologiques) existent depuis longtemps déjà. Elle grandit certes, mais ce qui changera le plus profondément au cours de l’année 2023 sera la manière dont ces évolutions nous seront communiquées : enfin nous pourrons la voir grandir, réalisant de plus en plus souvent que, sur l’envers d’une conversation, d’un échange, d’un contenu ou d’un processus que l’on croyait jusqu’à récemment humain, il n’y a personne dans la chair.

Développement cloud et super app

Le cabinet d’analystes technologiques Gartner a compilé une liste de nouvelles qui pourraient être centrales cette année. Parmi celles-ci, il y a la création de  super-apps , des applications multifonctionnelles qui offrent des services liés à différents secteurs enfermés dans la même plate-forme. La création d’une superapp a été évoquée fin 2022 quand  Elon Musk  a racheté Twitter, dans le but d’en faire une appli capable de tweeter mais aussi d’envoyer des messages et d’effectuer des paiements.

Un autre élément qui sera central en 2023 sera  le cloud computing , qui prendra de l’importance à mesure que de plus en plus de services passeront au cloud. Si cette poursuite de la migration vers le cloud n’est pas surprenante, l’adoption de ce nouveau média continuera de s’accélérer en 2023, y compris du point de vue des investissements. Toujours selon la société Gartner, cette année les dépenses générales des entreprises pour basculer vers le cloud pourraient atteindre  591 milliards , soit 70% de plus qu’en 2022. La migration vers le cloud ne s’arrête donc pas et en effet, continuera de croître à mesure que les entreprises accélérer les initiatives de modernisation dans l’ensemble de leurs activités.

La réalité augmentée et le métaverse

Une autre technologie qui s’est installée en 2022 et qui sera largement développée dans la nouvelle année, et qui selon Gartner pourrait être centrale en 2022, sera le métaverse , un  espace qui permettra aux gens d’être présents dans un monde virtuel. Une innovation technologique sur laquelle Mark Zuckerberg, PDG de Meta, mise beaucoup : en 2022 l’entreprise a investi environ  20 milliards de dollars  dans des projets liés au métaverse et cette année aussi l’intention de Zuckerberg est de continuer à investir dans cette invention.

Au fur et à mesure que le métaverse progresse, la réalité augmentée va aussi aller de pair  : déjà présente depuis plusieurs années dans toutes nos vies et utilisée surtout dans les jeux vidéo, les visualiseurs de réalité augmentée seront l’outil qui nous permettra d’entrer dans le métaverse. En 2023, la création d’environnements virtuels plus engageants et en commun avec d’autres personnes est attendue, afin de pouvoir réaliser ensemble des brainstormings, des réunions ou des groupes de travail. A tel point que fin novembre 2022 Meta lançait sur le marché les Quest Pros, c’est-à-dire les premiers casques de réalité virtuelle et même augmentée destinés au monde professionnel. La VR d’Apple devrait également arriver en 2023, malgré quelques retards.

Générateur de musique

Bien qu’ils n’aient pas encore eu le même impact que les applications de conversion de texte en image , les générateurs de musique ont le vent en poupe. Effectuez simplement une recherche rapide sur Google pour découvrir le nombre d’ applications mobiles ou basées sur un navigateur. Cela fonctionne de la même manière que la génération d’images. Les algorithmes sont formés avec des ensembles de données grand, contenant des heures et des heures de musique de tous les genres et de toutes les époques. En donnant des instructions à l’IA, l’application générera un morceau de musique inédit. Comme pour la création d’images, ces outils peuvent être utiles aux musiciens professionnels eux-mêmes : par exemple, j’ai un rythme funky en tête mais je ne trouve pas l’idée initiale qui guidera mon processus créatif. J’ouvre l’un des services disponibles, comme Amper Music ou Amadeus Code , je demande à l’algorithme un rythme funky et en quelques minutes j’ai des idées à partir desquelles développer un nouveau morceau de musique.

L’avenir est à l’IA

Au fil des ans, le volume de données disponibles a explosé, en grande partie en raison de l’expansion de l’ Internet des objets (IoT ). Le marché des données connaît donc une croissance spectaculaire et est, selon les dernières estimations, destiné à atteindre une valeur de 103 milliards de dollars d’ici 2027 . Voici quelques aperçus des données :

  • Les entreprises génèrent environ 2 000 000 000 000 000 000 octets de données par jour.
  • 97,2 % des organisations investissent dans l’IA et le Big Data.

Alors que les chiffres parlent d’eux-mêmes, les entreprises ont du mal à suivre le rythme de la création incessante de nouvelles données :

  • Environ 95 % des entreprises signalent une incapacité à comprendre et à gérer les données non structurées.
  • Environ 26 % seulement des entreprises déclarent avoir atteint une culture axée sur les données.

Plan du site